Flash Info

  • Rejoignez-nous sur notre compte Twitter : @FF_Boxe

Boxe professionnelle

Duchemin fait le sien

Boxe professionnelle
Le 14 Mai 2017

 

Championne de France et d’Europe des super-plumes et désormais du monde des plumes : Angélique Duchemin (12 v), vainqueur aux points d’Ericka Rousseau (11 v, 2 d), le 12 mai, à Royan, pour le titre WBF vacant de la catégorie, poursuit sa route. Brillamment.
 
 
La Catalane, qui avait défendu victorieusement, le 1er avril dernier, son titre continental des super-plumes face Taoussy L’Hadji, était dans une dynamique positive, sa préparation pour le premier rendez-vous planétaire de sa jeune carrière s’inscrivant dans la continuité. Visiblement nullement éprouvée physiquement par la proximité de ces deux échéances, elle démarrait tambour battant, mue par l’intention évidente d’asphyxier sa rivale et ainsi d’annihiler sa boxe esthétique et académique. Pour cela, elle martelait les flancs d’Ericka Rousseau. Un travail de sape qui portait ses fruits, la Charentaise étant rarement en mesure d’enchaîner comme elle sait si bien le faire. Plus forte physiquement, l’ancienne championne de France amateur a imposé son rythme quand bien même Ericka Rousseau, qui évoluait à domicile, a-t-elle offert une remarquable réplique en forçant sa nature et en acceptant de ne pas en découdre uniquement en styliste technicienne.
 
 
A l’issue de dix rounds extrêmement plaisants et intenses, suivi en direct par près de 40 000 spectateurs sur les réseaux sociaux, les juges ont logiquement apporté à l’unanimité leurs suffrages en faveur de la visiteuse. De quoi ravir son entraîneur, Rodlin Mouloungui : « Angélique a fait un combat conforme à ce que nous avions mis en place. Elle est allé chercher la victoire car nous n’étions pas chez nous. Nous avions notamment insisté sur le travail au corps, un domaine dans lequel elle doit encore s’améliorer d’autant qu’il est souvent négligé en boxe féminine. Depuis deux ans, Angélique a gagné en confiance, elle arrive au niveau mondial. Sur le ring, elle a désormais une certaine posture. Elle a de l’aisance et a pris à la fois de la puissance et du volume. Elle a vraiment une boxe professionnelle alors que souvent, les boxeuses pros ont tendance à garder un peu de la boxe amateur. »
 
Ericka Rousseau en retraite anticipée
 
Une victoire forcément hautement symbolique pour la Pyrénéenne : « Je suis heureuse et soulagée car ce titre était mon objectif. Je me souviens de mon père qui m’avait dit que je serais championne d’Europe et du monde. J’avais rigolé et je ne l’avais pas cru. Cette victoire, c’est beaucoup d’émotion. Il est décédé et je la lui dédie. Pour lui, il ne fallait rien lâcher. »
 
 
Un duel dont se souviendra également Ericka Rousseau d’autant qu’il risque fort d’être son dernier dans la mesure où elle souhaite se consacrer à sa vie de famille. Une retraite anticipée qui ne retire rien à ce qu’elle accompli, comme le rappelle son coach Marceau Lemelle : « A trente ans, elle a les moyens de continuer encore plusieurs années d’autant que pugilistiquement parlant, elle a atteint sa plénitude. Elle a décidé de raccrocher pour des raisons que je comprends parfaitement. C’est la première fille dont je me suis occupé à haut niveau. Nous nous sommes très bien entendus et je suis content de l’avoir fait évoluer. » L’ancien mentor de Bruno Girard est fier de la performance de sa protégée même si elle n’a pas suffi : « Depuis trois ans que je m’occupe d’Ericka, j’ai essayé de modifier un peu sa boxe en lui apprenant a davantage prendre l’initiative sans uniquement donner son bras avant. Elle est en effet parfois un peu attentiste et a tendance à en garder sous la semelle. Angélique est une guerrière et une attaquante. Il fallait donc qu’Ericka prenne le combat à son compte et soit la patronne sur le ring. Ce qu’elle a essayé de faire dans les deux premiers rounds mais ensuite, Angélique a réagi et fait son match en marchant sur l’adversaire tout en débitant ses coups. Elle n’a pas laissé faire Ericka qui s’est efforcée de bloquer et de remiser mais en étant toujours un peu en deçà d’Angélique. Il n’y a aucun regret à avoir car elle a été battue par une boxeuse supérieure à elle. On est obligé de considérer qu’Angélique est une très grande championne. » Qui devrait remettre en jeu sa ceinture en décembre prochain, chez elle, à Thuir.
 
Par Alexandre Terrini
 
Mise en ligne par Olivier Monserrat-Robert

 

 

 

Share |